Imprimer cette page

Le sens des maladies, le décodage…

Le sens des maladies, le décodage…

 

« J’en ai plein le dos »

« ça me fait mal au ventre »…


Quand nous sommes stressés, ainsi que Hans SELYE l’a mis en évidence il y a une réaction indifférenciée, quel que soit le stress (blessure physique ou peur intense) avec production par notre système endocrinien de toutes les hormones nécessaires pour assurer notre survie.Et, en effet, en raison de crispations dues au stress, on a des douleurs. Nul ne peut le nier : il y a un lien entre notre corps et notre esprit, notre psychisme : nous sommes des êtres psychosomatiques, nous sommes corps et nous sommes esprit ! Et il y a interaction entre les deux.

Cela se fait au niveau de notre archéocortex, siège du réflexe, de la survie… totalement inconscient., et de notre hypothalamus et notre hypophyse situés dans notre cortex limbique…

De nombreux chercheurs, dont le Dr Hammer, ont mis en évidence ce lien entre le corps et l’esprit… dans les deux sens ! (Je me souviens d’un neuro psychiatre qui nous disait il y a quelques années : attention, les Psy ! Si quelqu’un a une tumeur à un certain endroit de son cerveau, il va avoir des symptômes ressemblant à une dépression… mais tant qu’il ne sera pas opéré, toute psychothérapie sera inutile !)

Je pense qu’il avait raison, même si on peut se demander quel conflit psychologique est à la base de cette tumeur.

Quel est le sens de toute maladie ?

À quoi sert-elle ?

 

Et ici, quand on parle de maladie, il ne s’agit pas uniquement de maladies purement physiques qui sont du ressort de la médecine et pas de mon ressort, mais de toutes ces souffrances comme la boulimie, les addictions, les phobies et autres névroses... etc. qui sont du ressort du psy.

 

Et depuis quelques années, heureusement, plusieurs approches, recherches, dont on trouve de nombreuses informations dans la revue Néosanté, essaient de décoder le sens des maladies.

SUPER !

… et je reste souvent sur ma faim.

Certaines choses me gênent.

En effet, on trouve souvent des décodages à partir de jeux de mots :

Par exemple la personne qui a perdu son père enfant, qui manque de repère et est parti dans un repaire de brigands…

Ou, que me dit de mon mal la mal adie ?

Parfois des décorticages d’un mot en plusieurs syllabes et en trouvant pour chaque syllabe un lien avec le latin ou le grec pour donner un sens à cette maladie…

Dernièrement, à une cliente Allemande qui avait vu il y a quelques années le Docteur Hammer, je lui ai demandé en plaisantant si « que dit la maladie » aurait le même effet traduit en Allemand « Was sagt Krankheit ? »

Et croire que le corps utiliserait pour nous le français en faisant des jeux de mots, voilà qui me dérange. Je suis convaincu que le corps est très intelligent, je ne suis pas sûr que ce genre de masturbation intellectuelle fait avancer la recherche.

De même que quand j’étais étudiant en psycho et qu’on nous a enseigné le test de Rorschach qui consiste à interpréter selon les interprétations du Dr Rorschach les interprétations que font les sujets en donnant sens aux tâches d’encre du test, je suis allé voir la professeur pour lui exprimer mon désaccord… car seule la personne concernée peut interpréter elle même lui ai je dit… C’est alors qu’elle m’a parlé de Karl ROGERS… et des psychologies humanistes.

 

Autre point qui me dérange :

 

Il est certain que lorsqu’on aide une personne à comprendre le sens de sa maladie, le simple fait de comprendre permet souvent un changement profond et une guérison spectaculaire car rendre conscient le conflit intra psychique qui était inconscient permet souvent de le résoudre. De même que la psychanalyse qui aide la personne à prendre conscience de pourquoi elle a ses difficultés lui permet par cette compréhension de résoudre son problème…

Mais parfois, et même souvent, cela ne suffit pas.

Comprendre comment s’est programmée au niveau inconscient une souffrance qui s’exprime ensuite par le corps car elle n’a pu s’exprimer autrement est certainement intéressant. Mais j’ai souvent rencontré des personnes qui avaient besoin d’être aidées à reprogrammer leur fonctionnement au niveau inconscient pour résoudre le conflit.

 

Décrypter les programmations inconscientes sans interpréter, programmations qui s’expriment par des symptômes psy ou physiques, c’est ce que fait la PNL.

Aider à la déprogrammation et la reprogrammation au niveau de l’inconscient, c’est ce que fait l’Hypnose Ericksonienne.

 

Ces deux techniques me semblent indissociables.
Indissociables aussi d’un minimum de connaissances en psychopathologie.
 


Membre certifié PsY en mouvement

Gérard Wéry

Psychothérapie

47 Bvd Joseph Vallier 38100 Grenoble

Rendez vous :
du Lundi au Jeudi de 8H à 18H30

Téléphone: 06 81 91 30 12
Mail :
gerard.wery@live.fr