Imprimer cette page

Lâcher prise… Pourquoi on n’y arrive pas ?

Lâcher prise…

Pourquoi on n’y arrive pas ?

                                          

Parce qu’un jour on a appris à contrôler.
Parce qu’un jour, pour notre survie… psychologique tout au moins… il fallait se couper de nos ressentis.
 
L’enfant qui se croit non aimé par ses parents
L’enfant qui vit des choses horribles comme agression sexuelle
L’enfant battu
L’enfant dénigré
L’enfant qui vit un traumatisme comme le décès d’une mère ou d’un père
L’enfant dont les parents divorcent et l’utilisent comme balle de Ping Pong...
L’enfant qui est malade, handicapé et ne comprend pas pourquoi lui…
L’enfant qui a un frère, une sœur malade et ne comprend pas le pourquoi et a peur…
 
Nombreuses raisons, pas obligatoirement liées à un traumatisme physique de l’enfant brûlé au fer rouge… heureusement !
 
Et, accidentellement, l’enfant prend conscience qu’en faisant une sorte de pas en arrière… en se mettant en observation de lui même… c’est beaucoup moins douloureux…. Et il apprend ainsi à se dissocier de ses ressentis douloureux.
 
Mais comme il l’a appris accidentellement… ce programme de défense se met en place et s’imprime en lui de façon inconsciente.
 
 
Nous avons deux façons de fonctionner, deux programmes ou méta programmes comme dit la P.N.L. Associé ou dissocié…. Ou deux façons de se souvenir.
 
Par exemple, vous pouvez vous souvenir du dernier repas que vous avez pris : vous êtes en train de porter les aliments à votre bouche, vous sentez le goût, les odeurs, les saveurs… vous êtes associé.
Vous pouvez aussi voir, comme sur un écran, celui ou celle que vous étiez… en train de porter les aliments à sa bouche… et vous ne ressentez pas les goûts, odeurs, saveurs… vous êtes dissocié, en observation de vous même.
 
L’intérêt d’être associé, c’est que vous avez les ressentis. l’intérêt d’être dissocié, c’est que vous ne les avez pas.
 
Quand une personne vit un traumatisme, un accident de voiture par exemple dans un virage… chaque fois qu’elle repasse dans ce virage, elle ressent le traumatisme… ça ne sert à rien, elle est vivante ! On peut lui enseigner, (mais avec précaution ! ) à se dissocier… UNIQUEMENT de ce virage (ce que font parfaitement diverses approches dont PNL, EMDR etc.) et quand elle repasse dans le virage, elle ne ressent rien..
 
Ici, la personne a appris, sans précaution, à se dissocier… et cette programmation s’est imprimée en elle… et elle arrive à l’âge adulte globalement dissociée. Pour les choses douloureuses de la vie, c’est bien… elle ne les ressent pas trop… Mais pour les choses agréables… elle ne les ressent pas trop non plus.
 
Et parfois, pendant qu’on est au cours d’une soirée, avec des amis ou de la famille… On voit que tout le monde prend beaucoup de plaisir à la soirée… et soi même, en observation de soi… On se rend compte qu’on n'en profite pas vraiment… et c’est triste.
 
Pire, quand on est avec son conjoint, sa conjointe, en train de faire l’amour… si on est dans sa tête, en train de contrôler…
 
Bonjour l’orgasme !
 
Pour cela, il vaut mieux être associé !… car le plaisir sexuel n’est pas dans la tête… Il est beaucoup plus bas.
 
Sii on veut vivre réellement les plaisirs de la vie, il vaut mieux apprendre à lâcher prise du contrôle de nos ressentis… ce serait quand même mieux, Non ?
 
Mais comment faire ?
 
 

Page précédente : Lâcher prise
Page suivante : Toujours dans le contrôle ?


Membre certifié PsY en mouvement

Gérard Wéry

Psychothérapie

47 Bvd Joseph Vallier 38100 Grenoble

Rendez vous :
du Lundi au Jeudi de 8H à 18H30

Téléphone: 06 81 91 30 12
Mail :
gerard.wery@live.fr