Imprimer cette page

La Vérité

La Vérité, la Réalité…

Qu’est ce que c’est ?

 

« Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà », disait Blaise Pascal…

« Tout est relatif » selon Einstein…

Et la P.N.L. (Programmation Neuro Linguistique) nous enseigne comment nous créons notre réalité. Notre réalité et non pas La réalité… quoique...(?)

Notre réalité… et donc notre vérité.

 

Nous percevons, en effet, la réalité au travers de trois filtres et à l’aide de trois processus .

Intéressons nous, pour le moment, aux trois filtres, et surtout aux deux premiers.

- le filtre neurologique : nous percevons le monde par nos 5 sens (visuel, auditif, kinesthésique, gustatif et olfactif) Ces 5 sens sont limités et sont purement humains. Notre perception du Monde n’est pas la même que celle d’un chien par exemple qui est capable de suivre à l’odeur la trace d’une personne disparue. Si nous arrivions à retrouver la trace de quelqu’un à l’odeur, on peut penser que ce quelqu’un aurait besoin de prendre une douche !

Notre perception de la réalité est déjà une création humaine,

ce n’est pas la réalité !

 

- le filtre social : la société dans laquelle nous vivons, avons été élevés nous imprègne de « vérités » qui nous permettent de vivre en toute sécurité, et qui permettent à la science de progresser. Pendant longtemps la Terre était plate. C’était la vérité ! Et dans ce monde plat, la géométrie a pu prospérer, Pythagore, Euclide et autres scientifiques ont permis à notre société d’évoluer, de réussir à calculer des angles, des distances etc. La base de la géométrie, qu’on nous enseigne encore aujourd’hui à l’école, c’est que la ligne droite est le plus court chemin pour aller d’un point à un autre… Nous sommes tous d’accord ? Allez raconter ça à un pilote d’avion qui prépare son vol entre Paris et New York ! Sur une planète sphérique, la vérité d’hier est fausse.Dans un monde à trois dimensions, la vérité d’un monde à deux dimensions devient mensonge. Et pourtant on a continué à nous enseigner, même dans la géométrie dans l’espace les mêmes choses… Ce qui a permis de construire des maisons, des cathédrales, en calculant grâce à la trigonométrie la longueur des poutres en fonction de la pente du toit… Mais pour un vol Paris New York, ça ne fonctionne pas.

Et que dire des calculs indispensables pour aller sur la Planète Mars ? On est obligé de viser un point où cette planète n’est pas actuellement ! Et nous arrivons dans un monde à quatre dimensions, en incluant le temps… Jusque là, notre rationalité d’êtres vivant à notre époque, n’est pas trop choquée… Ce qui n’était pas vrai naguère : « Et pourtant elle tourne » disait Galilée qui se heurtait à la vérité officielle de l’époque.

Notre rationalité accepte donc, aujourd’hui, ce monde à quatre dimensions… Mais pas de chance : Einstein a démontré que le temps n’est pas stable, mais est relatif au mouvement ! Aïe ! Notre rationalité cartésienne se trouve bousculée… Et quand la physique quantique aujourd’hui commence à démontrer que le temps tel que nous le percevons n’existe pas comme nous l’imaginons allant du passé vers le futur en passant par le présent, et que peut-être la cause de notre présent n’est pas toujours dans le passé et peut se trouver dans l’avenir… Double Aïe ! Et pourtant n’est ce pas ce qui est utilisé en psychothérapie lorsque nous faisons ce que la PNL appelle un « pont sur le futur » ? en aidant la personne à se projeter dans un futur où elle va vivre une ressource dont elle a besoin aujourd’hui… et c’est cette projection dans le futur qui devient cause du bien être présent…

Mais nous sommes encore dans ce monde à 4 dimensions… Qu’en serait-il d’un monde à 5, 6, 7 voire plus de dimensions ?

Ce n’est pas possible me direz vous ! Ce n’est pas VRAi !

Descartes nous disait que « les choses que nous concevons fort clairement et fort distinctement sont toutes vraies » Et pour concevoir, encore faut-il percevoir… Ce que ne savait pas Descartes, c’est que nous percevons au travers de notre filtre social et que nous croyons vrai ce que nous percevons et concevons au travers de ce filtre… Le reste n’existe pas pour nous, nous ne sommes pas capables de le percevoir !

Par exemple, pour le citadin, la neige est blanche ou sale… Il ne voit pas les différents sortes de neige que perçoit le skieur en montagne… Et si le citadin va pour la première fois en montagne, il verra la neige toute blanche sans percevoir les différentes textures que le skieur verra. Et les Esquimaux ont encore plus de mots que le montagnard pour définir les différentes sortes de neige, donc plusieurs vérités.

Ce qui existe selon une culture n’existe pas dans la perception de quelqu’un d’une autre culture. Et nous sélectionnons, inconsciemment, les perceptions qui correspondent à ce qui est VRAI selon notre filtre culturel. Le reste, qui n’entre pas dans ce que nous avons appris à croire vrai n’existe pas et n’est pas perçu… sauf si nous changeons notre regard sur la réalité.

Ce n’est pas facile, nous avons des blocages souvent.

En effet, la réalité que nous avons construite et que nous croyons vraie nous permet de nous sentir en sécurité. Si ce que nous croyons vrai et nous sécurise change, nous nous sentons en danger ! Et un processus de défense nous permet de ne pas voir ce qui nous mettrait en danger.

Et lorsque des personnes perçoivent quelque chose que nous ne percevons pas, nous les traitons de farfelus, de fous, de gourous de sectes etc. Tous les scientifiques en avance sur leur temps ont été combattus vigoureusement par les tenants de la Vérité perçue jusque là.

« Et pourtant elle tourne » !

 

Dans nos cabinets de psy nous rencontrons régulièrement des situations qui mettent en cause la « vérité » scientifique actuelle. Des guérisons qui semblent impossibles de maladies physiques, des synchronicités comme Jung les a repérées le premier, des expériences vécues par certains de nos clients aux limites de la para psychologie, des phénomènes qui ressemblent fort à de la télépathie en cours de séance en état de conscience modifiée (hypnose) voire de la précognition… Au début nous pensons « hasard », et lorsque ces hasards se renouvellent nous avons devoir de nous poser des questions.

C’est ainsi que PsY en mouvement, (Fédération des professionnels francophones de la psychothérapie) que je présidais naguère a mis en place en 2017 une Université d’été sur la place du corps en psychothérapie au cours de laquelle nous avons invité des scientifiques à la pointe des recherches actuelles en Neuroscience, en psycho somato généalogie, pour nous aider à comprendre que toute maladie est psychosomatique et comment cela fonctionne, et qu’en 2018, sur le thème « hasard ou synchronicité ? » nous avons eu la chance de recevoir des chercheurs de haut niveau en psychologie, en physique quantique qui nous ont permis, là aussi, d’avancer dans la connaissance du fonctionnement de l’être humain.

 

Cela bouscule et met parfois en difficulté nos habitudes de penser, notre rationalité.

Mais est-il rationnel de refuser l’existence de réalités que nous ne comprenons pas...

...pour le moment ?

 

Voilà qui me rappelle une anecdote que nous a racontée il y a plusieurs années un collègue docteur en psychologie, docteur es mathématiques également, sur ce scientifique du Moyen Âge qui rentre à Paris après un voyage en Bretagne et qui s’esclaffe auprès des autres scientifiques : « les Bretons sont fous ! Ils croient qu’il y aurait une relation entre les marées et les phases de la Lune ! » Et tous les scientifiques de l’époque de se gausser… Newton n’avait pas encore découvert les lois de l’attraction universelle, mais les Bretons, sans connaître ces lois, les utilisaient grâce à ce qu’ils avaient perçu pour aller à la pêche.

 

Essayons, en tant que psy d’être au moins aussi ouverts d’esprit que les Bretons du Moyen Âge !

Sans verser vers le délire ! Car malheureusement, certaines personnes qui perçoivent accidentellement une autre partie de la réalité habituellement non perçue, craquent en raison de la peur de l’inconnu, du nouveau et partent dans un délire préjudiciable pour tenter de se protéger.

Évitons ces deux dérives :

refuser ce que nous ne comprenons pas ou partir dans le délire ;

dans les deux cas, nous sortons de la réalité.



Membre certifié PsY en mouvement

Gérard Wéry

Psychothérapie

47 Bvd Joseph Vallier 38100 Grenoble

Rendez vous :
du Lundi au Jeudi de 8H à 18H30

Téléphone: 06 81 91 30 12
Mail :
gerard.wery@live.fr