Imprimer cette page

Je ne suis pas ce que je fais

 

Je ne suis pas ce que je fais

inspiré des travaux de Robert DILTS sur

« Les niveaux logiques de l'adaptation »

 

Nous avons souvent tendance à confondre « Qui je suis » et « Quoi je fais »

Nous condamnons une personne pour ce qu'elle a fait... Nous nous en voulons nous même et nous condamnons nous même pour ce que nous avons fait... ou n'avons pas fait.

On se sent coupable !

 

Robert DILTS, l'un des Maîtres de la PNL, nous explique :

 

Nous vivons dans un environnement.

L'environnement, c'est là où je suis : mon lit quand je dors, ma maison, ma ville, mon pays, la planète, la voie lactée... l'Univers.

Mon environnement peut être agréable, il peut être désagréable.

Par exemple : chez moi, il fait froid ? Il faut donc que je mette le chauffage.

 

Il faut donc que j'agisse, que j'aie un comportement !

Le comportement est le deuxième niveau, celui qui permet de changer l'environnement. J'allume le chauffage, mon comportement est adapté à la situation « il fait froid ». Si c'est l'environnement « il fait froid » qui agit sur mon comportement (je deviens tout bleu, je tremble), il y a inadaptation. C'est toujours le niveau logique supérieur qui est solution pour le niveau logique inférieur. D'où l'appellation « les niveaux logiques de l'adaptation »

Mais, pour mettre le chauffage, encore faut-il que je sache comment le mettre en route ?

 

Il faut que j'aie la compétence !

Si je ne sais pas allumer mon chauffage, il faut que j'apprenne ! Faute de quoi je ne peux pas avoir le comportement adapté à la situation...

La compétence, le savoir est donc le troisième niveau de l'adaptation.

Par exemple, personnellement, dans mon cabinet (environnement) je pratique la psychothérapie (comportement)... et je peux le faire car j'ai fait des études de psycho, je me suis formé en PNL, en Hypnose éricksonienne... Et si j'ai fait ces études et formations, c'est parce que cela correspond en moi à des valeurs, des croyances importantes pour moi...

 

Croyances, Valeurs ! Quatrième niveau !

De même le garagiste qui répare ma voiture dans son garage, a fait des études pour apprendre car cela correspond à des valeurs importantes pour lui : un moteur qui tourne bien, une voiture dont tous les éléments de sécurité fonctionnent bien, voilà qui répond à des valeurs importantes pour lui. On peut le dire pour tous les métiers : Nous avons tous fait des études, des formations, des apprentissages car cela correspond à des valeurs qui nous appartiennent !

 

Qui NOUS appartiennent ! « NOUS » ! Qui nous sommes !

Cinquième niveau...

Notre Identité.

Lorsque nous jugeons « NOUS », notre identité, au travers des comportements que nous avons pu avoir, nous faisons ce qu'on appelle une inversion, une confusion des niveaux logiques.

Car si nous condamnons nous même un comportement que nous avons eu... c'est bien la preuve que NOUS, (notre identité), sommes meilleurs que ce que nous avons fait... que notre comportement est inadapté aux valeurs qui sont en nous... qui nous appartiennent !

Combien de fois ressentons nous « c'est plus fort que moi », « je ne peux pas m'empêcher de... » et pourtant je sais ! C'est simplement la preuve qu'il y a un désaccord entre certaines valeurs et certaines croyances qui sont en nous, et souvent à un niveau inconscient. Et quand certaines croyances inconscientes nous obligent à avoir un comportement en désaccord avec les valeurs que nous possédons, en désaccord avec Qui nous sommes au plus profond de nous... Nous sommes de nouveau dans une confusion des niveaux logiques. Le but d'une psychothérapie est de remettre de l'ordre dans les niveaux logiques en décryptant les croyances qui prennent pouvoir sur nos valeurs et sur notre identité.

 

Nous ne sommes pas ce que nous faisons !

Par contre dans notre langage, nous avons l'habitude de faire cette confusion : Si je vous demande « que faites vous professionnellement, » vous risquez de me répondre : « je suis... »

Non ! Vous n'êtes pas ! Vous faites !

Je me souviens, il y a plusieurs années, mon fils était copain avec le fils du boulanger, et ils étaient souvent ensemble, chez l'un ou chez l'autre. Un jour le père du copain me téléphone pour savoir si son fils était chez moi, et il se présente au téléphone : « Bonjour, c'est le boulanger »...

Je lui rétorque : « bonjour, ici c'est le mangeur de pain »... Il a ri et par la suite s'est présenté par son prénom...

Nous ne sommes pas ce que nous faisons ! Nous sommes beaucoup plus !

En ce moment je suis en train d'écrire ce texte ; je ne suis pas écrivain ! Tout à l'heure je vais prendre ma voiture ; je ne suis pas conducteur ! Puis j'irai faire une course ; je ne suis pas client ! Puis j'irai peut être me faire la cuisine ; je ne suis pas cuisinier ! Etc... Je fais tout cela, je ne suis pas tout cela !

Chacun d'entre nous est beaucoup plus que ce qu'il fait.

 

Et lorsque VOUS (identité) en accord avec vos valeurs et vos croyances conscientes et inconscientes, avec vos compétences, vous agissez dans votre environnement... il reste à savoir pour qui, avec qui, et dans quel but vous agissez ?

Quel est le sens ?

Et nous sommes alors dans des niveaux logiques qui sont au delà de nous même, qui nous font vibrer...

Nous agissons pour et avec notre couple, notre famille (nos enfants), pour et avec nos groupes d'appartenance (notre syndicat, notre parti politique, notre groupe religieux) car cela nous amène à aller vers notre idéal de nous même, le sens de notre vie, notre spiritualité.

 

 

Ici, ne pas confondre spiritualité et religion : la religion est un moyen pour aller vers notre spiritualité dans le meilleur des cas... parfois malheureusement il s'agit plus de croyances sur des comportements qu'il faudrait avoir sous peine d'aller en enfer ! Cela n'a plus rien à voir avec la véritable spiritualité qui nous guide vers la force vitale qui est en nous, vers la Vie que certains nomment Dieu, la Vie qui est Amour, qui veut notre bien, notre réalisation ! Croire que la Vie ou Dieu va nous punir dans les flammes de l'Enfer si nous n'avons pas tel ou tel comportement... nous sommes de nouveau dans une inversion des niveaux logiques très importante ! Si la spiritualité dépend des comportements, alors que ce sont les comportements qui devraient dépendre du sens de notre vie, bonjour les dégâts !

 

En effet, toute maladie qu'elle soit psychologique (du simple mal être à la psychose) qu'elle soit physique ( du mal de tête au cancer) est toujours la preuve d'un désaccord interne. Et plus le désaccord est profond et avec des inversions entre des niveaux logiques très éloignés (mon comportement me condamne à l'enfer par exemple et j'ai peur!) plus la maladie peut être grave.

Toute maladie est psychosomatique.

Ce qui ne veut pas dire imaginaire, et cela s’explique rationnellement !

En effet, quand il y a désaccord en soi, lutte interne, il y a un ressenti d’angoisse, de stress.

Tout stress entraîne dans notre corps des réactions par le système endocrinien avec production des hormones nécessaires pour gérer le stress, qu’il soit physique (blessure) qu’il soit psychologique (peur). Notre corps est une merveille d’adaptation ; La force vitale qui est en nous a pour but « la Vie », le bien être, la santé.

Quand le stress devient chronique, ou quand pour une raison que nous croyons bonne nous luttons contre le processus de guérison (prise d’anti inflammatoires pour lutter contre l’inflammation qui cherche à nous guérir par exemple)… notre système endocrinien continue à produire les hormones nécessaires de façon chronique et cela entraîne des dégâts qui peuvent devenir irréversibles.

 

D’où la nécessité de remettre de l’ordre, ou comme dit Robert Dilts, de ré aligner les niveaux logiques.

 

Dans mon environnement, j’agis grâce à mes compétences acquises en fonction de mes valeurs, Moi, avec les personnes importantes pour moi, afin d’aller avec ces personnes vers ma réalisation, vers mon idéal… vers la Vie !

Et quand je suis branché sur cette force vitale, quand je sens en moi la Vie, alors, avec toutes les personnes de mon entourage qui avancent vers la même direction, Moi, avec mes valeurs et croyances sous le contrôle de la force vitale, j’acquiers de nouvelles compétences pour agir là où je suis.

 

Les personnes qui vont mal sont des personnes dont les niveaux logiques ne sont pas alignés. Reste au Psy à décrypter les confusions, inversions des niveaux logiques pour aider la personne à se rebrancher sur son idéal d’elle même, sur la force vitale qui est en elle.

 

Quelques exemples d’inversion ou de confusion souvent rencontrées :

 

« Je suis nul ! Je n’y arriverai jamais ! » Un exemple d’une croyance qui prend pouvoir sur l’identité à partir de jugements souvent faux sur des capacités, et à partir de là, mise en cause de l’identité de la personne… Cela provient souvent d’une mise en cause de l’identité de l’enfant par les parents en raison d’un comportement non acceptable pour les parents. L’enfant vient de désobéir (comportement) « tu es méchant ! (identité), pire : je ne t’aime plus !  confusion des niveaux logiques induite par les parents…

 

De même si nous devons faire un travail pour lequel nous n’avons pas les compétences, ou dans un environnement qui est en désaccord avec nos valeurs… (je me sentirais mal personnellement de devoir aller travailler sur un chantier des travaux publics, car je n’ai aucune compétence en la matière, et je ne pense pas que dans cet environnement je me sentirais bien.)

 

Un autre exemple souvent rencontré : l’entreprise (environnement) qui cherche à devenir groupe d’appartenance… et l’employé travaille non plus pour lui et pour nourrir ses enfants, mais travaille pour l’entreprise en sacrifiant sa vie de famille ! Et ça se termine souvent par un burn-out, par un état dépressif, parfois par un suicide… L’entreprise est un environnement dans lequel on agit grâce à nos capacités, et en fonction de nos valeurs pour notre famille, pour aller vers notre réalisation ! Quand l’environnement cherche à se placer au dessus, il faut soit le quitter, soit agir pour le changer.

 

Il y a parfois un désaccord entre certaines valeurs et notre idéal : je me souviens de cet homme qui était militant d’un parti écologiste, correspondant à son idéal… et qui travaillait (comportement) au Commissariat à l’Energie Atomique ! Il avait les compétences, il était important pour lui de travailler pour payer les études de ses enfants… Il était malheureux, en lutte entre son idéal et son comportement pourtant en accord avec ses valeurs de père de famille… Quand il a pris sa retraite son désaccord interne était réglé !

 

Il arrive aussi que dans l’évolution de la personne quelque chose se soit bloqué : Normalement l’adulte vit pour et avec sa famille, la famille qu’il a créée ! L’enfant, et c’est normal aussi, vit pour et avec sa famille d’origine et à l’adolescence la famille d’origine redescend au niveau de l’environnement et cesse d’être groupe d’appartenance au dessus du niveau de l’identité… ce qui ne signifie pas rejet, mais simple changement de niveau : ce qui devient important c’est la famille créée, c’est l’avenir, c’est la vie. Quand la crise d’adolescence n’a pas pu se faire pour une raison ou une autre, la personne est bloquée dans son passé, et ne peut avancer vers son idéal qui est autonomie, et nous constatons des névroses d’angoisse, des névroses phobiques, des dépressions parfois… le tout associé malheureusement aussi à des problèmes de santé physique.

 

Parfois il y a des personnes que je crois importantes pour moi, faisant partie de mes groupes d’appartenance… et qui m’empêchent d’aller vers la réalisation de moi même, qui me manipulent… Parfois mon conjoint ou ma conjointe qui me freinent vers mon épanouissement, vers mon idéal...

 

Un autre exemple actuel : quand un gouvernement qui est normalement au service de la population qui l’a élu et qui s’arroge le pouvoir de contrôler l’identité de ses électeurs, en jouant sur ses croyances et valeurs, en manipulant… comment éviter de tomber malade ?

N’oublions pas que ces gens qui gouvernent sont ce qu’on appelle « des grands serviteurs de l’État » ! et en démocratie, l’État, c’est le peuple. Ils sont donc à notre service, au service de notre santé, au service de la Vie ! Quand on cherche à contrôler la Vie, qu’on agit sur la Nature (environnement), en allant contre la Vie, qu’on agit sur les êtres humains ( identité) sur leurs valeurs en leur imposant des croyances, sur leurs groupes d’appartenance… en luttant contre la force vitale dont le but est notre santé en droguant les personnes à coup de médicaments, en imposant des vaccins… quelle confusion des niveaux logiques !

Quand on agit sur l’environnement en désaccord avec le niveau supérieur, La Vie, on voit les résultats actuels au niveau des désordres de la nature qui se révolte, et si on poursuit les actions en contradiction avec ce même niveau supérieur, nous allons vers l’effondrement de notre civilisation avec les conséquences ultra négatives sur notre santé.

 

Je crois que le travail du Psy est d’aider les personnes en souffrance à ré aligner leurs niveaux logiques afin de les aider à reprendre le chemin vers leur idéal, vers leur spiritualité.

En se libérant de toutes les entraves.

Et le Psy aime les êtres en souffrance non pas pour leurs comportements souvent détestables, mais aime, au travers d'eux, l’être humain en devenir vers lequel ils sont en chemin.

Et le travail du Psy est d’accompagner la personne vers elle même, vers son autonomie, vers son idéal…

 

Vers LA VIE !

 

Et chacun d’entre nous a à apprendre à s’aimer lui même, non pas pour ses comportements, non pas pour ses compétences… mais pour qui il est…

Qui il est...en devenir !

 

 



Membre certifié PsY en mouvement

Gérard Wéry

Psychothérapie

47 Bvd Joseph Vallier 38100 Grenoble

Rendez vous :
du Lundi au Jeudi de 8H à 18H30

Téléphone: 06 81 91 30 12
Mail :
gerard.wery@live.fr