Imprimer cette page

L'angoisse

Angoissé ? Anxieux ?

 

Angoisse et anxiété semblent synonymes, et sont pourtant très différents : S’il y a des bouchons sur la route quand je vais prendre mon train, j’ai l’anxiété de le rater… Je ne suis pas angoissé en général. L’anxiété est au niveau intellectuel, je me pose des questions.

L’angoisse est au niveau physique : ça me prend dans les tripes ! j’ai la boule au ventre, l’estomac noué, la respiration bloquée !… et on lutte contre l’angoisse, ce qui la renforce.


Ce n’est pas sous le contrôle intellectuel, je ne peux pas me raisonner, « c’est plus fort que moi »…

...c’est donc inconscient.

 

Milton Erickson, père de l’Hypnose éricksonienne, nous expliquait que notre inconscient fonctionne comme un enfant de trois ans. Un enfant de trois ans, ça ne fait pas des grands discours philosophiques ; s’il est content, il l’est avec tout son corps. S’il n’est pas content, il nous fait une grosse colère ! Mais il n’explique pas pourquoi…

Notre inconscient, pareil : il est content, on se sent en paix intérieure… il n’est pas content ? On ressent l’angoisse. L’angoisse, c’est la grosse colère de notre inconscient… Mais il n’explique pas.

 

Souvent on se dit : « je ne vais pas y arriver... » et on commence à se sentir angoissé. On perçoit cette angoisse et on se dit : « je ne suis pas capable ! » et l’angoisse augmente…. Donc on se dit : « c’est fichu ! Je suis nul ! » et l’angoisse augmente encore !!!

Et si on comprenait que c’est notre inconscient qui nous hurle de plus en plus fort : « arrête ce discours ! Tu es capable ! Tu as en toi toutes les ressources ! » et on se sent mieux… (sauf si notre petite voix nous dit le contraire…)

 

Se mettre à l’écoute de son angoisse, comme symptôme qui nous signifie que quelque chose en nous n’est pas d’accord… que notre force vitale, notre guide intérieur , notre « ange gardien » (qu’importent les mots!) exprime un désaccord… Si on comprend le sens de l’angoisse, on n’a plus besoin de l’angoisse ; il suffit d’être à l’écoute de nos ressentis et de se laisser guider… Et si on interprète mal le « NON » intérieur, l’angoisse augmentera !

« être à l’écoute de ses ressentis », cesser de contrôler en niant ce qu’on ressent… ce qu’on nomme aussi « lâcher prise »… lâcher prise de notre intellect conscient qui représente environ 10 % de nos neurones pour apprendre à utiliser les 90 % qui existent aussi et qui ne sont pas dans le conscient.

L’hypnose éricksonienne peut vous y aider.



Membre certifié PsY en mouvement

Gérard Wéry

Psychothérapie

47 Bvd Joseph Vallier 38100 Grenoble

Rendez vous :
du Lundi au Jeudi de 8H à 18H30

Téléphone: 06 81 91 30 12
Mail :
gerard.wery@live.fr